Montmartre des poètes #1

On parle souvent du Montmartre des artistes en pensant d'abord aux peintres, un peu moins aux poètes... Pourtant, ils furent (et sont encore certainement) tout aussi nombreux à habiter ou fréquenter la Butte, notre quartier, son ambiance et sa situation particulière au dessus de Paris étant une formidable source d’inspiration pour beaucoup. En réalité, si de nombreux poètes ont séjourné à Montmartre au temps de la Bohème, c’est aussi en partie parce que bon nombre d’entre eux étaient aussi critiques d’art. A l’occasion de la Journée Mondiale de la Poésie, nous sommes partis sur les traces des poètes à Montmartre...

 

 

Gérard de Nerval est l’un des premiers poètes à avoir marqué l’histoire de Montmartre, et nombre de ses poèmes ont été directement inspirés par l’atmosphère si particulière de la Butte. En 1841, il séjourne dans la clinique du Docteur Blanche au 22 rue Norvins, puis rue Pigalle, rue des Martyrs, et en 1846 rue Girardon dans le Château des Brouillards, propriété qui le marquera à jamais.

 

Ce qui me séduisait dans ce petit espace abrité par les grands arbres du Château des Brouillards, c'était d'abord ce reste de vignoble lié au souvenir de saint Denis, qui, au point de vue des philosophes, était peut-être le second Bacchus, Aiovûawç, et qui a eu trois corps, dont l'un a été enterré à Montmartre, le s'econd à Ratisbonne et le troisième à Corinthe. — C'était ensuite le voisinage de l'abreuvoir, qui le soir s'anime du spectacle de chevaux et de chiens que l'on y baigne, et d'une fontaine construite dans le goût antique, où les laveuses causent et chantent comme dans un des premiers chapitres de Werther. Avec un bas-relief consacré à Diane et peut-être deux figures de naïades8 sculptées en demi-bosse, on obtiendrait, à l'ombre des vieux tilleuls qui se penchent sur le monument, un admirable lieu de retraite, silencieux à ses heures, et qui rappellerait certains points d'étude de la campagne romaine. Au-dessus se dessine et serpente la rue des Brouillards, qui descend vers le chemin des Bœufs *, puis le jardin du restaurant Gaucher, avec ses kiosques, ses lanternes et ses statues peintes. — La plaine Saint-Denis a des lignes admirables, bornées par les coteaux de Saint-Ouen et de Montmorency, avec des reflets de soleil ou de nuages qui varient à chaque heure du jour. A droite est une rangée s de maisons, la plupart fermées pour cause de craquements dans les murs.

 

- La Butte Montmartre (poème en prose publié dans L'Illustration) - 1854

 

 

 

Poète engagé, il est connu pour être l’auteur du Temps des Cerises, chanson devenue le symbole de la Commune après que Jean-Baptiste Clément l’ait dédiée à « la vaillante citoyenne Louise, ambulancière de la rue de la Fontaine-au-Roi ». Jean-Baptiste Clémet arrive sur la Butte en 1860, année où le village de Montmartre est rattaché à Paris. Il connaîtra pas moins de 12 adresses successives dans le quartier, depuis le Passage de l’Arcade (aujourd’hui Passage des Abbesses) jusqu’à la rue Lepic en passant par la rue Véron, la rue Saint-Vincent, la rue Constance ou encore la rue Androuet. La place tout en haut de la rue Ravignan porte aujourd’hui son nom.

 

Quand nous en serons au temps des cerises,
Et gai rossignol et merle moqueur
Seront tous en fête.
Les belles auront la folie en tête
Et les amoureux du soleil au coeur.
Quand nous en serons au temps des cerises,
Sifflera bien mieux le merle moqueur.

 

Mais il est bien court, le temps des cerises,
Où l'on s'en va deux cueillir en rêvant
Des pendants d'oreilles.
Cerises d'amour aux robes pareilles
Tombant sous la feuille en gouttes de sang.
Mais il est bien court le temps des cerises,
Pendants de corail qu'on cueille en rêvant.

 

(...)

 

- Le Temps des Cerises - 1866 -

 

 

 

Verlaine, avant de vivre ses amours passionnées avec Arthur Rimbaud, avait épousé en 1870 une certaine Mathilde Mauté de Fleurville à la Mairie du 18e arrondissement, alors Place des Abbesses. Le couple vécut au 14 rue Nicolet, chez les parents de Mathilde, jusqu’à la naissance de leur fils Georges en octobre 1871. Entre temps, Verlaine a fait la connaissance de Rimbaud, qu’il a même hébergé durant quelques jours, avant qu’il ne quitte le domicile conjugal pour aller vivre sa passion avec son compagnon.

 

Parisien, mon frère à jamais étonné,
Montons sur la colline où le soleil est né
Si glorieux qu'il fait comprendre l'idolâtre,
Sous cette perspective inconnue au théâtre.
D'arbres au vent et de poussière d'ombre et d'or.
Montons. Il est si frais encor, montons encor.
Là ! nous voilà placés comme dans une « loge
De face », et le décor vraiment tire un éloge,
La cathédrale énorme et le beffroi sans fin.
Ces toits de tuile sous ces verdures, le vain
Appareil des remparts pompeux et grands quand même,
Ces clochers, cette tour, ces autres, sur l'or blême
Des nuages à l'ouest réverbérant l'or dur
De derrière chez nous, tous ces lourds joyaux sur
Ces ouates, n'est-ce pas, l'écrin vaut le voyage,
Et c'est ce qu'on peut dire un brin de paysage ?
— Mais descendons, si ce n'est pas trop abuser
De vos pieds las, à fin seule de reposer
Vos yeux qui n'ont jamais rien vu que Montmartre,
— « Campagne » vert de plaie et ville blanc de dartre
(Et les sombres parfums qui grimpent de Pantin !) —

(...)

 

- Parisien, mon frère à jamais étonné (Sagesse) - 1881 -

 

 

 

Originaire du Pas-de-Calais, Jehan Rictus (de son vrai nom Gabriel Randon), commence à fréquenter Montmartre au milieu des années 1880. Durant de nombreuses années, il vit dans la rue et fréquente les clochards et autres laissés pour compte qui trouvent refuge dans le Maquis. En 1895, il commence à écrire des poèmes dans un style très populaire, qu’il vient déclamer au cabaret des Quat’z’Arts boulevard de Clichy. Il fréquente aussi régulièrement le Lapin Agile, où il côtoie Max Jacob et Guillaume Apollinaire. Il s’installe alors au 64 rue Lepic où il vivra jusqu’en 1904, puis emménage au 50 où il restera jusqu’en 1913. En 1914, il déménage 8 rue Camille Tahan, où il vivra jusqu’à sa mort en 1933. Le Square des Abbesses porte aujourd’hui son nom.

 

Merl’ v’là l’ Printemps ! Ah ! salop’rie,
V’là l’ monde enquier qu’est aux z’abois
Et v’là t’y pas c’te putain d’ Vie
Qu’a r’biffe au truc encore eun’ fois !

 

La Natur’ s’achète eun’ jeunesse,
A s’ déguise en vert et en bleu,
A fait sa poire et sa princesse,
A m’ fait tarter, moi, qui m’ fais vieux.

 

Ohé ! ohé ! saison fleurie,
Comme y doit fair’ neuf en forêt !
V’là l’ mois d’ beauté, ohé Marie !
V’là l’ temps d’aimer, à c’ qu’y paraît !

 

Amour ! Lilas ! Cresson d’ fontaine,
Les palpitants guinch’nt en pantins,
Et d’ Montmertre à l’av’nue du Maine
Ça trouillott’, du côté d’ Pantin !

 

V’là les poèt’s qui pinc’nt leur lyre
(Malgré qu’y n’aient rien dans l’ fusil),
V’là les Parigots en délire
Pass’ qu’y pouss’ trois branch’s de persil !

 

L’est fini l’ temps des z’engelures,
Des taup’s a sort’nt avec des p’lures
Dans de l’arc en ciel agencées
De tous les tons, de tous les styles ;

 

Du bleu, du ros’, tout’s les couleurs ;
Et ça fait croir’ qu’a sont des fleurs
Dont la coroll’ s’rait renversée
Et ballad’rait su’ ses pistils.

 

- Le printemps (Les Soliloques du Pauvre) - 1897 -

 

 

 

Surnommé par ses pairs « le prince des poètes », Paul Fort s’installe vers 1900 au rez-de-chaussée du 68 rue Lepic, dont le jardin deviendra l’atelier de Poulbot. De nombreuses réunions littéraires auxquelles participent Apollinaire, Marie Laurencin et Picasso entre autres se tiendront dans l’ancien café « Au Téléphone » devenu aujourd’hui le restaurant La Mandigotte. Entre 1908 et 1909, vit au 11 rue de l’Armée d’Orient. 

 

 

 

Il y aurait tellement à dire sur Max Jacob, peintre, poète, critique d’art et surtout figure marquante du Montmartre Bohème. Sa première adresse connue dans le quartier est le 33 boulevard Barbès, où il habite alors une mansarde partagée avec son frère Jacques. Il s’installe ensuite au 17 rue Gabrielle, puis au 7 rue Ravignan, où il vivra entre 1907 et 1911. C’est là que le 28 septembre 1909, il eut sa vision du Christ qui le poussa à se convertir au Christianisme. C’est Max Jacob qui donnera son nom au Bateau Lavoir, où vivait son ami Picasso. Il fut l’un des premiers poètes à écrire en prose. C’est à lui que l’on doit le poème « La rue Ravignan »

 

Je te regrette O ma rue Ravignan
De tes hauteurs qu'on appelle antipodes
Sur des pipeaux m'ont enseigné l'amour
Douces bergères et leurs riches atours
Venues ici pour nous montrer les modes
L'une était folle
Elle avait une bique 
avec des fleurs sur ses cornes de paon
L'autre pour les refrains de nos fêtes bachiques
La vague et pure voix qu'eût rêvée Malibran
L'impasse de Guelma a ses corregidors
Et la rue Caulaincourt ses marchands de tableaux
Mais la rue Ravignan est celle que j'adore
Pour les coeurs enlacés de ses porte-drapeaux
Là taillant des dessins dans les perles que j'aime
Mes défauts les plus grands furent ceux de mes poèmes.

 

- Rue Ravignan - 1921 -

 

 

Ami de Guillaume Apollinaire, Picasso et Max Jacob entre autre, il habite en 1903 une maison au 36 rue St-Vincent, puis il prend un atelier au Bateau Lavoir avant de quitter la Butte en 1909. Il gardera de ses années montmartroises un souvenir pas toujours tendre, mais il a écrit de nombreux textes et poèmes qui constituent un témoignage très réaliste de cette époque.


Le jour doré s’accroche à l’aile 
D’un moulin qui ne tourne plus Et l’on sent bouillonner le zèle 
De Paris, moi je suis perclus. 
Voici, beautés d’apothéose, 
Merveilles du soleil levant, 
Traînés par un jument rose 
Des choux bleus et des coucous blancs. 
La fontaine laborieuse 
Redit, inutile leçon, 
Une chanson d’esclave heureuse 
Au ruisseau libre et vagabond. 
On ouvre et l’on ferme des portes 
Et des mains lèvent des miroirs 
Lourds de lumière, que m’importe 
Si je suis parfumé de soir ? 
La lune a bu toutes mes larmes ; 
Partageant mon vin, des filous 
M’ont laissé caresser leur armes ; 
Ma nuit fut belle.  Couchons-nous. 

 

- L'Aube rue Saint-Vincent - 1910 -

 

 

Bien que n’ayant jamais vraiment eu d’adresse officielle à Montmartre, on sait que Guillaume Apollinaire a beaucoup fréquenté la Butte et particulièrement tous les endroits où il se passait quelque chose, depuis le Lapin Agile jusqu’au Bateau Lavoir, où il se lie notamment d’amitié avec André Salmon et Max Jacob. En 1917, le tout Montmartre assiste à la première des « Mamelles de Tiresias » au 4 rue de l’Armée d’Orient (actuel théâtre Montmartre Galabru).

 

(...)

Aujourd’hui tu marches dans Paris les femmes sont ensanglantées
C’était et je voudrais ne pas m’en souvenir c’était au déclin de la beauté

 

Entourée de flammes ferventes Notre-Dame m’a regardé à Chartres
Le sang de votre Sacré Cœur m’a inondé à Montmartre
Je suis malade d’ouïr les paroles bienheureuses
L’amour dont je souffre est une maladie honteuse
Et l’image qui te possède te fait survivre dans l’insomnie et dans l’angoisse

(...)

 

- Zone (Alcools) - 1913 -

 

A suivre...

Laisser un commentaire
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.

Vous aimerez aussi

• Des femmes de légende