Aux bonnes frites de Paris

• Et de Montmartre ! #concours

Très rares doivent être celles et ceux qui n’aiment pas les frites, et depuis le XVIIIe siècle, on les retrouve avec délice sur toutes les tables, des plus simples aux plus sophistiquées. Sauf qu’aimer les frites, c’est une chose, mais les adorer au point de vouloir en faire un livre, c’en est une autre ! C’est pourtant ce que vient de faire Anne de la Forest avec Aux Bonnes Frites de Paris publié chez Parigramme, un guide des 100 adresses parisiennes où manger les meilleures frites de Paris.

 

Anne, certains d’entre vous la connaissent peut-être déjà sous son nom de « scène », Anne Is Cooking. Ancienne journaliste et rédactrice en chef dans la presse écrite féminine, elle anime depuis un peu plus de deux ans des ateliers culinaires dans son appartement avec rooftop à Montmartre, d’où l’on a certainement l’une des plus belles vues sur le Sacré Cœur ; de quoi, sans mauvais jeu de mots, lui donner la frite tous les matins !

 

© Julie Limont

 

Son histoire avec les frites ne date pas d’hier. Tout commence en 2011, alors qu’elle travaille pour feu le magazine Papilles. Elle constate alors que tous les livres consacrés à la frite sont belges, et ça l’énerve ! Car n’en déplaise à nos sympathiques voisins du Nord, la frite est bel et bien française, et qui plus est parisienne, puisque les premières "pommes frites" ont été cuisinées pour la première fois sous le Pont Neuf durant la Révolution Française. C’est donc entre autre pour rétablir cette vérité, mais aussi et surtout parce que pour elle, la frite est l’aliment convivial et généreux par excellence, à l’image de la cuisine qu’elle aime défendre, qu’elle décide d’écrire son premier livre consacré à l’histoire de la frite. Immédiatement séduit par le projet, Hachette édite le livre qui se vendra à plus de 20 000 exemplaires et sera traduit en quatre langues, excusez du peu. Autant dire que ce livre va changer la vie d’Anne, et nourrit son envie de se consacrer de plus en plus à la cuisine...

 

Elle décide alors de suivre une formation chez Ducasse, où elle réalise qu’elle n’a aucune envie de se lancer dans la restauration, et encore moins dans la haute gastronomie parce que, je cite,  « ça ne parle pas de l’essentiel, à savoir le partage de la table. Moi ce qui m’intéresse, c’est la cuisine du quotidien ». Entre temps, elle lance son blog AnneIsCooking, qui lui permet de se forger une jolie réputation, jusqu’en 2014 où elle décide de quitter définitivement la presse écrite. Elle cherche des idées, tente des expériences, on lui confie la gestion d’un food truck... Elle prend confiance, et comprend que comme elle, les gens aiment les choses simples. Mais surtout, sans savoir encore réellement ce qu’elle veut réellement faire, elle réalise qu’elle a la chance d’habiter un lieu incroyable, et que peut-être, la vraie bonne idée, ce serait de le partager. Elle lance alors la page Facebook Secret Rooftop in Montmartre, et commence à organiser des événements chez elle autour de la cuisine, principalement avec des entreprises.

 

 

Avec une maman lyonnaise et un papa breton, Anne a grandi dans une famille où le déjeuner du dimanche était sacré. « On a toujours aimé manger, et bien manger, des choses simples, traditionnelles et conviviales. Mon truc, c’est définitivement le repas familial ». C’est entre autre pour cette raison qu’elle cesse progressivement de travailler en « B to B » et décide en 2016 d’ouvrir son rooftop et sa cuisine aux touristes ; « il y a quelque chose de trop intellectuel dans la cuisine qui me dérange. Mon but est de revenir à la simplicité ». Depuis deux ans, elle rencontre des gens venus du monde entier, à qui elle apprend par exemple à faire un vrai croque-monsieur. Elle les emmène faire les courses dans le quartier, leur montre les bons produits, puis leur enseigne les bonnes méthodes avant de les inviter à la dégustation sur son rooftop. Aujourd’hui, c’est vraiment ce qu’elle préfère : transmettre des valeurs et ramener de la simplicité en cuisine, « parce que les cours de cuisine sont toujours des moments de pure convivialité et de partage ». Et pour avoir goûté la cuisine d’Anne, on peut vous dire qu’elle sait vraiment, mais alors vraiment de quoi elle parle !

 

© Elaine Haffey

 

Et les frites alors dans tout ça ? En fait, Anne n’a jamais lâché la plume, et l’engouement récent du public et des professionnels pour les burgers « enbourgeoisés » ayant donné aux frites un nouvel essor, elle rêvait de faire cette fois un guide des meilleures frites de Paris. Les éditions Parigramme ont immédiatement été séduits par l’idée, et lui ont donné carte blanche pour concrétiser son projet. Après avoir effectué un énorme travail de recherche, elle a testé près d’une centaine de restaurants, et propose avec ce guide une sélection aussi gourmande que généreuse des meilleures adresses de la capitale, parmi lesquelles on retrouve évidemment plusieurs lieux à Montmartre et dans le 18e.

 

© Dorothée van Proosdij

 

En partenariat avec Parigramme, nous vous offrons aujourd’hui deux exemplaires du guide Aux Bonnes Frites de Paris. Vous pouvez tenter votre chance en remplissant le formulaire ci-dessous avant le vendredi 1er juin à minuit. Les gagnant.es seront désigné.es par tirage au sort.

 

 

Le concours est terminé et les gagnants ont été informés par mail. Merci pour vos participations.

Laisser un commentaire
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
7 bis Rue de Clignancourt
75018 Paris
Anvers
0676276339