la cage aux fauves

La machine à remonter le temps

A l’heure du selfie à outrance et de la photo numérique, difficile d’imaginer que lorsqu’elle a été inventée en 1838, le temps de pose pour une photographie (ou Daguerréotype) pouvait aller jusqu’à trente minutes ! Sans compter qu’elle n’était pas reproductible, et qu’il faudra attendre 1851 et l’invention de la technique du Collodion humide pour qu’elle le devienne. C’est ce procédé qu’ont choisi d’utiliser Khriska et Florence dans leur studio photo de Montmartre ouvert il y a quelques mois, La Cage Aux Fauves...

Bonnie Montmartre

Le "gang" qui donne du sens à votre communication

On aurait pu commencer par vous demander si vous aviez lu l’histoire de Jesse James, comment il vécut, comment il est mort, mais c’était un peu tiré par les cheveux. C’est pourtant bien l’histoire de Bonnie et d’un couple que l’on va vous raconter, mais qui n’ont rien à voir ni avec le fameux gang Barrow, ni avec le film d’Arthur Penn, ni même avec la chanson de Serge Gainsbourg. Le Clyde de l’histoire est photographe et s’appelle Erwann. Né à Bichat, c’est un vrai gamin de la Butte et il a toujours vécu dans le quartier. Erwann a une femme, elle est belle et son prénom c’est… Corinne ! A eux deux, ils forment le gang Bonnie Montmartre, studio de communication sociale et culturelle, et leur parcours est passionnant.

Le Montmartre des frères Séeberger

Paris on lockdown par Jean-Luc Perreard

Un talent montmartrois

Originaire d’Annecy, Jean-Luc Perreard habite Montmartre depuis une quinzaine d’années. Ses enfants y sont nés, y grandissent, et c’est donc en famille qu’il a passé les huit semaines de confinement dans son appartement sur le versant est de la Butte. Chaque soir à 20h, il retrouvait ses voisins à leurs fenêtres pour applaudir le personnel soignant, et c’est en les observant qu’il a eu l’idée de démarrer une série de photos.

Milena Perdriel

Portrait d'une photographe à Montmartre

On connaît tous l’histoire de l’arroseur arrosé, moins celle du photographe photographié. C’est pourtant cette histoire que Milena Perdriel a choisi de raconter au travers de son projet PHOTOGRAPHES, exposé du 29 septembre au 2 octobre rue Androuet à Montmartre.