Le fabuleux destin du cinéma Studio 28

Une histoire de famille

C’est le cinéma de tous les superlatifs, qualifié de "salle des chefs-d’œuvre, chef-d’œuvre des salles" par Jean Cocteau. Claude Lelouch en a fait sa "cantine cinématographique", quand Jean-Pierre Jeunet y vient régulièrement pour voir les films qu’il n’a pas pu voir la semaine de leur sortie. Classé Art & Essai, il s’agit du plus vieux cinéma parisien toujours en exploitation. Mais le Studio 28, c’est surtout l’histoire d’une famille qui depuis bientôt quatre générations fait vivre ce joyau montmartrois.

Du Théâtre du Tertre au Théâtre Lepic

La folle histoire d’un théâtre 100% montmartrois

Juste à l’entrée de l’avenue Junot, le Théâtre Lepic fait partie de ces lieux montmartrois qu’on adore ; parce qu’il s’agit d’un vrai théâtre de quartier, parce qu’il s’agit du plus haut de Paris, mais aussi parce qu’il a un vrai passé. En effet, s’il a officiellement fêté ses 1 an le 12 décembre en tant que Théâtre Lepic, son histoire est beaucoup plus ancienne…

Montmartre d’hier et d’aujourd’hui – Episode 1

La Butte à travers les âges

Montmartre n'a pas d'âge... Et ce dossier en témoigne avec des photos avant/après qui vous plongent un siècle auparavant, à l'époque où notre petit village était immortalisé en noir et blanc. Amusez-vous à retrouver les rues et les lieux qui vous sont familiers, ceux près desquels vous habitez ou tout simplement ceux par lesquels vous avez l'habitude de passer. Vous avez vécu à Montmartre ? Vous conservez de vieux clichés de nos rues montmartroises ? Surtout, contactez-nous ! Le scanner de Montmartre Addict adore les contributions de nos lecteurs.

Les écoles de Montmartre

Petites et grandes histoires

Le saviez-vous ? Le 18e arrondissement compte pas moins de 30 écoles maternelles, 44 écoles primaires, 14 collèges et 5 lycées. A l’heure où nos poulbots, petits et grands, s’apprêtent à faire leur rentrée, nous avons repris le chemin de l’école à la découverte des établissements scolaires de Montmartre.

Rue Saint-Rustique

La plus ancienne rue du village

Montmartre est un village, et même s’il a bien changé, nombre de nos rues témoignent encore aujourd’hui de ce que fut le quartier autrefois. A ce titre, la rue Saint-Rustique est sans doute la plus remarquable, puisqu’il s’agit de la plus ancienne rue de la Butte, mais également, et on le sait moins, de la première rue piétonne de Paris !

Sur les pas des musiciens à Montmartre #2

De Charles Aznavour à Daft Punk

Les années 50 marquent l’âge d’or des cabarets à Montmartre, où de nombreux artistes ont débuté. Un peu plus tard, plusieurs studios d’enregistrement et de labels éliront domicile dans le quartier, jusqu’à la fameuse french touch dont quelques grands titres mondialement connus ont été créés sur la Butte !

Sur les pas des musiciens à Montmartre #1

De Berlioz à Patachou

On a tous en tête un air ou une chanson qui parle de Montmartre. La Bohème et La Complainte de la Butte sont sans doute les plus connues, mais on pourrait également citer Rue Lepic, Pigalle, Place du Tertre ou rue Saint-Vincent… Le patrimoine musical montmartrois est intéressant à plus d’un titre, car si le quartier a inspiré les musiciens, nombreux sont également ceux qui y sont nés, y ont débuté ou y ont habité. C’est parti pour une balade musicale dans le quartier.

Les cabarets de Montmartre en danger

Sauvegardons le patrimoine de la Butte

Connus dans le monde entier, les cabarets de Montmartre font partie intégrante de l’histoire du quartier. Jusqu’à la Belle Epoque, il s’agissait principalement de simples débits de boissons où l’on pouvait également manger pour certains. On en comptait beaucoup sur la Butte puisque située de l’autre côté de la barrière d’octroi (au niveau des boulevards de Rochechouart et de Clichy), l’alcool y était moins cher.

10 lieux disparus à Montmartre

Bien que Montmartre garde encore de nombreuses traces de son passé, qui lui confèrent son charme unique, beaucoup de maisons et de bâtiments ont malheureusement totalement disparu. Certains ont parfois été remplacés par des immeubles tristement modernes... Retour sur un passé aujourd'hui évanoui.

Qui étaient Les Loups de la Butte ?

Histoire des Apaches montmartrois

À l’aube du XXème siècle, il ne faisait pas bon se balader tard dans les rues de Montmartre… Le soir tombé, les nombreux escaliers du quartier se faisaient d’autant plus sombres et chacun se pressait de rentrer chez soi, les passants imprudents risquant de faire une mauvaise rencontre et de tomber sur les Loups de la Butte… Mais qui étaient-ils ?

Sur les pas de Toulouse-Lautrec à Montmartre

L'âme de Montmartre

Toulouse-Lautrec est sans nul doute l’un des peintres les plus aimés de la fin du 19e siècle, mais surtout l’un des plus montmartrois. Né à Albi en 1864, Henri de Toulouse-Lautrec découvre Montmartre en 1882, année où il rejoint l’atelier de Fernand Cormon, alors situé au 10 rue Constance, pour étudier la peinture. Il s’y fait des amis, parmi lesquels Vincent Van Gogh, et commence à fréquenter les nombreux cabarets de la Butte. « Désormais, Montmartre, ses curieuses apparences et sa gentillesse secrète pénètreront dans l’œuvre du grand artiste qui sut rapidement se découvrir devant les spectacles que la rue lui offrait sans compter ».  Il ne quittera plus jamais le quartier, jusqu’à en devenir l’une des figures indissociables.

Montmartre fais-moi peur !

Histoires terrifiantes et autres faits divers sur la Butte

Chaque matin, le jour se lève à Montmartre et nous vaquons à nos occupations quotidiennes. Un café, une douche, on sort de chez soi et c'est la tête déjà pleine de choses à faire que nous passons le pas de notre porte. Mais voilà que, traversant cette rue voisine, un frisson nous parcourt l'échine. On mettra ça sur le compte des températures qui baissent, l’automne est déjà bien avancé... Et si habiter l'un des quartiers les plus anciens de la capitale signifiait fouler des pavés chargés d'histoire, mais aussi d'événements parfois plus sombres ? Retour sur les détours tortueux de Montmartre, ses hauts lieux du crime et autres légendes à vous donner la chair de poule !

1919-2019 : jubilé du Sacré-Coeur de Montmartre

Histoire de la construction de la Basilique jusqu'à sa consécration

Incontournable parmi les incontournables, certains l’adulent autant que d’autres la détestent... Toujours est-il que la Basilique du Sacré-Cœur reste à travers le monde l’emblème de Montmartre, perchée en haut de notre Butte et dominant tout Paris. Il y a très exactement 100 ans, le 16 octobre 1919, le Cardinal Léon Adolphe Amette, archevêque de Paris, consacrait la Basilique du Sacré-Cœur de Montmartre. A l’heure de l’ouverture de son année jubilaire, c’est l’occasion de retracer l’histoire de la construction du Sacré-Cœur en dates et en images...

Montmartre en couleurs

Du Moulin Rouge à la Goutte d'Or

Le Moulin Rouge, la Maison Rose, Place Blanche, La Goutte d’Or, Le Chat Noir... autant de lieux montmartrois ou voisins qui parlent à tout le monde et qui ont pour point commun d’être associés à une couleur. Peut-être est-ce ce qui a donné l’idée aux organisateurs de la Fête des Vendanges de Montmartre de célébrer cette année les couleurs ? Toujours est-il que c’est pour nous l’occasion rêvée de vous emmener à la découverte de Montmartre en couleurs...

Championnat de l’escalier à Montmartre

Le premier trail urbain date de 1903 !

Montmartre est depuis toujours le théâtre d’épreuves aussi sportives que loufoques et insolites. Il faut dire que le terrain s’y prête particulièrement ! C’est ainsi que le 23 septembre prochain aura lieu l’Urban Trail de la Butte Montmartre organisé au profit de la Fondation du Souffle, durant lequel les coureurs devront parcourir 5 km à travers les rues du quartier, avec au moins 800 marches à grimper ! Mais le saviez-vous ? Déjà en 1903 ava eu lieu à Montmartre le Championnat de l’Escalier.

Montmartre insolite #2

Les courses les plus folles !

Montmartre est un terrain de jeu idéal pour ceux qui aiment relever des défis aussi insolites qu’exceptionnels... L’une des courses les plus connues reste sans aucun doute la course de côte au ralenti, créée en 1924 par le Maire de la Commune Libre de Montmartre, Pierre Labric, et dont la 75e édition s’est déroulée en septembre dernier, l’objectif étant de monter la rue Lepic en allant le moins vite possible, et sans caler !

L’Hippodrome de Montmartre

Splendeur et décadence (partie 2/2)

Inauguré en 1900, l’ancien Hippodrome de Montmartre est racheté en 1911 par Léon Gaumont et devient alors le Gaumont Palace. La salle, transformée par l’architecte Auguste Barhrmann, possède des dimensions exceptionnelles (40 mètres en largeur sur 70 de profondeur et 24 en hauteur), pouvant accueillir 3400 sièges et 1600 places debout. Proportionnellement, l’écran est assez petit, puisqu’il ne mesure que 8 mètres de base, et le projecteur est installé dans une cabine isolée à l’extérieur du bâtiment.

L’Hippodrome de Montmartre

Splendeur et décadence (partie 1/2)

Le saviez-vous ? Il fut un temps où Montmartre avait son hippodrome... Si aujourd’hui le terme est plutôt synonyme de champ de courses, à l’origine, il s’agissait d’un lieu de spectacle où l’on pouvait assister à des numéros équestres ou de dressage, entre autres. Situé à l’angle de la rue Caulaincourt et de la rue Forest, entre la Place de Clichy et le cimetière de Montmartre, il ne subsiste malheureusement plus rien de l’exceptionnel bâtiment inauguré en 1900, à la place duquel on trouve désormais un grand magasin de bricolage et l’Hôtel Mercure Paris Montmartre, un bel établissement bien implanté dans la vie du quartier mais dont on n’envie définitivement pas l’architecture...

Montmartre insolite #1

Du plus petit au plus haut

En plus d’être, sans chauvinisme aucun, le plus beau quartier de Paris, Montmartre est aussi celui qui détient certains « records » parisiens...

Les Abbesses

Histoire(s), anecdotes et faits-divers - concours

Si Montmartre est un quartier de Paris, le village compte lui aussi ses propres quartiers, et celui des Abbesses fait certainement partie des plus animés. Son nom rappelle l’Abbaye des Dames de Montmartre, fondée en 1155 et qui, progressivement, déserte le haut Montmartre pour s’installer plus bas en 1686. D’abord rue de la Cure, puis rue de l’Abbaye, ce n’est qu’en 1867 que la rue prendra le nom de rue des Abbesses...